×

Sénégal : Confirmation de la condamnation du maire de Dakar, la Cour suprême maintient la peine de deux ans de prison, dont six mois ferme

Sénégal : Confirmation de la condamnation du maire de Dakar, la Cour suprême maintient la peine de deux ans de prison, dont six mois ferme

Sénégal : Confirmation de la condamnation du maire de Dakar, la Cour suprême maintient la peine de deux ans de prison, dont six mois ferme

La Cour suprême du Sénégal a confirmé vendredi la condamnation du député-maire de Dakar à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour son implication présumée dans la mort par balle d’une personne en 2011, survenue dans le cadre de violences politiques.

Malgré la confirmation de sa peine, le maire de Dakar, M. Dias, n’ira pas en détention, car la période de prison ferme a été couverte par sa détention provisoire antérieure. Selon son avocat, Me Ciré Clédor Ly, bien que cette condamnation ne lui fasse pas perdre son poste de maire de la capitale, elle pourrait mettre en péril son siège à l’Assemblée nationale.

Le président de l’audience de la Cour suprême, Abdourahmane Diouf, a déclaré que « la cour rejette le pourvoi (en cassation) formé par Barthélémy Toye Dias », maire de Dakar, en l’absence du prévenu qui avait précédemment indiqué qu’il n’était pas nécessaire pour lui d’assister au procès pour des faits remontant à douze ans jour pour jour.

En plus de la peine de prison, M. Dias doit verser 25 millions de FCFA (environ 38 000 euros) aux héritiers de Ndiaga Diouf, abattu par balle lors d’un assaut contre la mairie de Mermoz Sacré-Coeur en 2011.

L’opposant M. Dias accuse le pouvoir de ressusciter cette affaire pour entraver la candidature à l’élection présidentielle de 2024 de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, dont il est proche.

Barthélémy Dias, opposant au pouvoir, est devenu maire de Dakar en février 2022 et député en juillet de la même année. Il s’était pourvu en cassation après sa condamnation en appel en septembre 2022 pour « coup mortel » et « détention d’armes sans autorisation ». La même peine avait été prononcée en première instance en février 2017.

Rita Nembi

Laisser un commentaire