×

Rwanda : La chorégraphe Sherri Silver forme des enfants à la danse

Rwanda : La chorégraphe Sherri Silver forme des enfants à la danse

Des leçons de chant, mais aussi des cours de danse, suscitent l’enthousiasme des jeunes Rwandais à Kigali, dans un centre artistique créé par la chorégraphe Sherrie Silver. Agée de seulement 30 ans, cette Britannique d’origine rwandaise est renommée pour sa chorégraphie de la chanson « This is America » du chanteur Childish Gambino, qui lui a valu un prix international aux MTV Video Music Awards en 2018.

Depuis lors, Sherrie Silver, qui s’est fait connaître grâce à sa chaîne YouTube, cherche à établir sa présence dans de grandes capitales africaines, notamment au Rwanda où elle est née.

« Nous sommes présents au Rwanda, au Nigeria, en Ouganda et au Ghana, mais pour l’instant nous nous concentrons sur le Rwanda parce que nous essayons d’y développer un centre pour les jeunes talents. Les enfants viennent ici, et s’ils ne savent pas chanter, ils peuvent essayer la danse, ils peuvent essayer de jouer d’un instrument de musique. Et ensuite, nous leur apprenons également à devenir des leaders. Donc certains d’entre eux qui sont venus ici pour apprendre à jouer d’un instrument, enseignent aux autres », explique la chorégraphe.

Les cours dispensés ici sont gratuits. La fondation de Sherrie Silver aide également les enfants et leurs parents dans le besoin, un soutien essentiel qui améliore leurs conditions de vie.

« Pourquoi j’aime danser ? Parce que j’ai du talent dans ce domaine. À la maison, la vie n’est pas rose parce que nous luttons pour survivre. Ma mère essaie toujours de résoudre des problèmes à l’école et d’autres problèmes comme acheter à manger et payer le loyer de la maison. Quand je danse, je suis payée, quand je rentre à la maison, je peux acheter de la nourriture, je peux payer mes frais de scolarité », explique Densel Isibo.

La chorégraphe s’efforce maintenant de collecter des fonds, son objectif étant d’ouvrir d’ici cinq ans un centre pour les jeunes talents à Kigali.

Marlene Abalo

Laisser un commentaire