×

Le vaccin antipaludique RTS,S, recommandé par l’OMS, arrive au Cameroun après son introduction réussie au Kenya

Le vaccin antipaludique RTS,S, recommandé par l'OMS, arrive au Cameroun après son introduction réussie au Kenya

Le vaccin antipaludique RTS,S, recommandé par l’OMS, arrive au Cameroun après son introduction réussie au Kenya

Le paludisme persiste en tant que menace redoutable, propageant un fléau considérable, en particulier parmi les enfants africains, en raison de la résistance croissante aux traitements causée par un parasite transmis par les moustiques.

Dans le cadre du programme de mise en œuvre du vaccin antipaludique, le Kenya a déjà administré les premières doses du vaccin RTS,S, approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le pays figure parmi les trois nations pionnières qui ont participé à cette initiative cruciale.

Le débarquement, la nuit dernière à l’aéroport de Yaoundé au Cameroun, de 331 200 doses du vaccin RTS,S, le premier vaccin antipaludique recommandé par l’OMS, marque le début des expéditions vers les pays non participants au programme pilote de vaccination, a annoncé l’organisation basée à Genève dans un communiqué.

La directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, a déclaré dans un communiqué que cela pourrait représenter un tournant décisif dans la lutte contre le paludisme, en comparant l’introduction du vaccin à « l’entrée sur le terrain du meilleur joueur ».

Les pays tels que le Burkina Faso, le Liberia, le Niger et la Sierra Leone devraient recevoir 1,7 million de doses du vaccin RTS,S au cours des prochaines semaines. D’autres pays africains devraient également en bénéficier dans les mois à venir.

Ces livraisons marquent la fin de la phase pilote de la vaccination antipaludique, coordonnée par l’Organisation mondiale de la santé et financée par Gavi, le Fonds mondial et Unitaid. Les doses ont été données par GSK, le fabricant du vaccin RTS,S.

Dans ce cadre, le Ghana, le Kenya et le Malawi ont pu administrer depuis 2019 le vaccin dans certains districts, selon un schéma à quatre doses qui débute vers l’âge de 5 mois. Plus de 2 millions d’enfants ont été vaccinés dans ces trois pays africains, entraînant une « baisse spectaculaire » de la mortalité, selon Gavi, ainsi qu’une réduction substantielle des formes graves du paludisme et des hospitalisations.

Rita Nembi

Laisser un commentaire