×

Le Burkina Faso s’engage à participer à une réunion cruciale de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) au Tchad

Le Burkina Faso s'engage à participer à une réunion cruciale de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) au Tchad

Le Burkina Faso s’engage à participer à une réunion cruciale de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) au Tchad

Le gouvernement burkinabè a officiellement annoncé sa volonté de prendre part à une réunion importante de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), prévue en mars 2024 au Tchad, selon des sources officielles à Ouagadougou.

Lors du conseil des ministres, le ministre des Affaires étrangères burkinabè, Karamoko Traoré, a abordé la participation du Burkina Faso à la réunion des ambassadeurs, des représentants permanents et des points focaux de la CEN-SAD, programmée pour les 4 et 5 mars 2024 à N’Djamena, au Tchad.

Selon le compte rendu du conseil des ministres, cette réunion fournira l’opportunité aux États membres de discuter et de proposer des projets ou activités prioritaires pour la période 2024-2025, ainsi que d’examiner le budget global de la CEN-SAD. De plus, elle permettra de passer en revue certains projets d’accords en attente pour adoption, de réfléchir à la mise en place d’une coordination ou plateforme de la jeunesse CEN-SAD, et d’échanger sur les questions de sécurité et de développement au sein de la région.

La CEN-SAD, créée en 1998 à Tripoli, vise à établir une économie globale et intégrée tout en facilitant la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux, en alignement avec les intérêts des peuples concernés. Elle compte 23 membres, parmi lesquels le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Togo, le Nigeria, le Tchad, le Soudan, le Maroc, la Tunisie et la Libye.

Cependant, l’élan de la CEN-SAD a été entravé depuis l’assassinat de Mouammar Kadhafi en 2011 par une coalition occidentale dirigée par la France.

Rita Nembi

Laisser un commentaire