×

Baisse prévue de la production de charbon en Afrique, mais la consommation augmente

Baisse prévue de la production de charbon en Afrique, mais la consommation augmente

En Afrique, la production de charbon devrait connaître une légère baisse, passant de 250 à 246 millions de tonnes d’ici 2026. Cette diminution est principalement attribuée à un recul des investissements dans le secteur minier, notamment dans le développement de nouveaux gisements et projets d’exportation. La production de charbon thermique et de lignite devrait diminuer, tandis que la production de charbon métallurgique, utilisé dans la sidérurgie, devrait augmenter de 0,8% en moyenne par an pour atteindre 12 millions de tonnes.

L’Afrique du Sud, en tant que principal producteur de charbon sur le continent, est confrontée à une baisse des investissements, avec seulement deux nouveaux projets miniers avancés et un seul en production récente. D’autres pays comme le Mozambique et la Tanzanie ont également vu des projets miniers rester inactifs.

Malgré la baisse prévue de la production, la consommation de charbon en Afrique devrait augmenter, principalement en raison de l’impact de l’Afrique du Sud, représentant environ 84% de la consommation totale du continent. La consommation devrait atteindre 193 millions de tonnes par an en 2026, soit une augmentation de 1,8% en moyenne par an par rapport à 183 millions de tonnes en 2023. Cette augmentation sera tirée par la consommation de charbon thermique et de lignite, tandis que la consommation de charbon métallurgique devrait rester stable.

Au niveau mondial, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit une baisse de la production de charbon de 1,3% en moyenne annuelle d’ici 2026, pour atteindre 8394 millions de tonnes. La consommation mondiale de charbon devrait également diminuer, passant de 8536 millions de tonnes en 2023 à 8344 millions de tonnes en 2026, soit une baisse de 0,8% en moyenne par an. Cette diminution est principalement attribuée à la réduction de la consommation en Chine, qui représente 54% de la consommation mondiale de charbon et environ la moitié de la production mondiale. Ces tendances à la baisse sont prévues même en l’absence de nouvelles politiques gouvernementales strictes en matière d’énergie propre et de climat, grâce au déploiement important de capacités renouvelables dans les prochaines années.

Mamie Gonda

Laisser un commentaire